Actualité sur le Gaz de Schiste

Alors que le Groupe UMP est à l’origine de l’interdiction de la fracturation hydraulique pour l’exploitation et l’exploration des gaz et huiles de schiste, le Gouvernement Ayrault semble vouloir ouvrir à nouveau le dossier.


Delphine BATHO « travaille en collaboration avec le Ministre du redressement productif, qui est aussi concerné, et l’Assemblée nationale devra se pencher sur la question » (Audition devant la Commission des affaires économiques, 11 juillet 2012).
La collaboration interministérielle s’annonce difficile…..


- Delphine BATHO est persuadée que l’interdiction (prévue par la loi JACOB du 13 juillet 2011) « est incontournable du fait des conséquences environnementales catastrophiques de la fracturation hydraulique – conséquences avérées et incontestables. » (Audition devant la Commission des affaires économiques, 11 juillet 2012)

- Député, Arnaud MONTEBOURG dénonçait également sur son blog  « des risques écologiques démesurés » et affirmait que « l’indépendance énergétique ne doit pas se faire au prix de catastrophes environnementales ».

- Mais devenu Ministre du redressement productif, Arnaud MONTEBOURG souhaite « regarder » à nouveau le dossier (AFP 13 juillet), soucieux de notre souveraineté énergétique. Cette question « sera abordée lors de la conférence environnementale qui se tiendra à l’automne prochain » (Audition devant la Commission des affaires économiques, 18 juillet 2012)


Nicole BRICQ a dû quitter le Ministère de l’Ecologie au bout d’un mois. Combien de temps Delphine BATHO tiendra-t-elle ?

POUR MEMOIRE :


- La loi JACOB du 13 juillet 2011, dont j’étais cosignataire, que le groupe SRC a rejetée, interdit explicitement le recours à la fracturation hydraulique, seule technique possible pour l’exploitation des gaz de schiste.


- Le Gouvernement doit remettre chaque année un rapport au Parlement sur l'évolution des techniques d'exploration et d'exploitation et la connaissance du sous-sol français, sur les expérimentations réalisées à seules fins de recherche scientifique sous contrôle public et sur les travaux de commission nationale d’orientation, de suivi et d’évaluation créée par la loi.


- Cette commission est composée d’un député et d’un sénateur, de représentants de l’État, des collectivités territoriales, des associations, des salariés et des employeurs des entreprises concernées.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir