Réaction de Jean Pierre Nicolas suite à l’article du journal La Dépêche

Réaction de Jean Pierre Nicolas suite à l’article du journal La Dépêche

 


Face à la communication tous azimuts de la municipalité, le point de presse de  l'opposition municipale qui s'est tenu le 11 avril avait pour objet de dresser le bilan de 5 années de mandat de la pseudo équipe Champredon et ainsi de rétablir certaines vérités sur un mandat pour rien qui prépare des lendemains difficiles pour Évreux. La ville emprunte chaque année plus qu'elle ne rembourse sans dégager un projet global et fédérateur pour améliorer l'attractivité de notre ville. Si La Madeleine et Nétreville bénéficient des crédits ANRU dans la poursuite des engagements de la municipalité précédente, Navarre et Saint Michel sont laissés à l'abandon tandis que le centre-ville est martyrisé pénalisant ainsi un commerce déjà soumis à la crise. Or la renommée d'une ville dépend très largement de la qualité de son centre-ville. Le CCAS n'est plus en mesure de répondre à la demande des prestations à domicile. Le vaudeville du théâtre à mis un terme à une politique culturelle digne d'une ville de plus de 50.000 habitants. Le développement économique essentiel pour l'emploi est moribond. Les divergences idéologiques de la majorité municipale et les conflits récurrents avec le personnel ont fait prendre à notre ville un retard considérable. Tous les indicateurs, sociaux, urbanistiques, économiques, cultuels, et prospectifs sont au rouge. Ils ne permettent pas de situer Evreux comme une ville d'avenir.

Ce point de presse ayant été programme avant l'annonce surprise par la presse de la candidature de Guy Lefrand aux prochaines élections municipales à Evreux c'est donc tout naturellement que les journalistes ont voulu connaître les réactions de l'opposition municipale face à cette annonce. Si bien sûr, des regrets de ne pas avoir été consultés ont été exprimés aucun propos désobligeant n'a été tenu. En effet , chacun est bien conscient que notre victoire est subordonnée à un bon programme porte par une équipe ayant la passion d'Evreux dans l'union la plus large possible après une concertation dépoussiérée de tout préalable.


C'est le sens de ma demande de rencontre formulée le 13 février à Bruno Lemaire et il va de soi que je n'ai jamais déclaré " que je voulais être le numéro 1"!

 

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir